F.A.Q

Le monde du doctorat peut paraître très opaque pour les personnes qui n’y appartiennent pas. En tant qu'(ex-)étudiant de master recherche, vous avez déjà (eu) un pied dans l’univers de la recherche au travers du travail consacré au mémoire. Vous pouvez également assister à des conférences à la Maison de la Recherche dans le cadre de vos cours ou encore participer à la Journée d’Etude des jeunes chercheurs du CAS. Néanmoins, le fonctionnement du doctorat, sa finalité, le travail qui l’accompagnent et ses débouchés ne sont pas toujours très clairs pour les masterants ou titulaires d’un master : nous souhaiterions remédier à cela, à notre échelle !

Cette F.A.Q se destine donc aux masterants et aux titulaires d’un master recherche en études anglophones qui s’interrogent sur le doctorat et qui, peut-être, souhaiteraient tenter l’aventure. Nous espérons que nos articles vous aideront à y voir plus clair. Si des questions venaient à subsister malgré tout, n’hésitez pas à vous tourner vers vos professeurs et/ou à la direction du Master, ou bien à contacter les délégués des doctorants. Nous vous conseillons de vous rendre à la réunion d’informations sur le doctorat organisée par l’Ecole Doctorale Allph@, qui a lieu tous les ans au mois de mars (le diapo de la réunion 2022 est disponible ici).


Eléments de définition

Qu’est-ce que le doctorat ?

Le doctorat est un diplôme d’Etat délivré à bac +8. Selon l’article L612-7 du Code de l’éducation, « [l]e diplôme de doctorat est délivré après la soutenance d’une thèse ou la présentation d’un ensemble de travaux scientifiques originaux ». En études anglophones, on obtient le titre de docteur après avoir soutenu une thèse.

Qu’est-ce qu’une thèse ?

Une thèse est un manuscrit de recherche sur un sujet novateur qui permet, une fois soutenue, de devenir docteur.

De quel laboratoire dépend un doctorant en études anglophones à l’UT2J ?

Nous dépendons du C.A.S, laboratoire Cultures Anglo-Saxonnes.

Qu’est-ce qu’une Ecole doctorale ?

L’Ecole doctorale (« ED ») régit tout ce qui a trait au doctorat et aux doctorants : inscriptions, formations, soutenances etc… En tant que doctorant, il s’agit de l’un de vos interlocuteurs privilégiés. Il existe trois écoles doctorales à l’UT2J : Allph@ (celle dont nous dépendons), CLESCO et TESC. Retrouvez plus d’informations sur les écoles doctorales de l’UT2J dans notre article dédié aux instances de l’université.

 

Prérequis

Quels sont les prérequis administratifs pour s’inscrire en thèse ?

Pour pouvoir vous inscrire en thèse, il y a trois critères incontournables :

  1. avoir au moins 14/20 au mémoire de Master 2
  2. obtenir l’accord d’un directeur de thèse
  3. obtenir l’accord de la direction du laboratoire

Quelles sont les qualités attendues chez un doctorant ?

Le travail de thèse requiert certains prérequis officieux/conseillés, afin que votre doctorat se déroule au mieux :

  • avoir passé avec succès un concours de l’enseignement : officiellement, vous n’avez pas besoin d’être titulaire du CAPES ou de l’agrégation. Néanmoins, il s’agit souvent d’une condition officieuse pour qu’un professeur accepte de diriger votre thèse ou pour obtenir un contrat doctorat unique (CDU). Nous vous conseillons donc d’obtenir l’un de ces concours (de préférence l’agrégation, bien que le CAPES ne soit pas rédhibitoire) avant d’entamer le processus d’inscription en thèse. Vous trouverez plus d’informations dans cette section du blog.
  • se lancer en ayant connaissance des débouchés : le doctorat peut mener à différentes voies, cependant la majorité des doctorants en études anglophones se destinent au métier d’enseignant-chercheur. Si tel est votre cas, il est important d’avoir conscience de la rareté des postes en études anglophones (section 11 au CNU, Conseil National des Universités) à l’Université en France. Bien sûr, cela dépend des disciplines et des périodes, mais ces dernières années les postes se font rares. Il faut garder cela à l’esprit, et choisir de s’inscrire (ou non) en conséquence. Si vous tenez tout de même à devenir Maître de Conférences ou Professeur des Universités, dites-vous bien qu’il faudra faire preuve de patience et de ténacité, et que les postes ne sont pas garantis. Retrouvez plus d’informations sur les chiffres de la campagne de recrutement MCF de 2021 ici.
  • faire preuve d’organisation et d’autonomie : en doctorat, vous devrez jongler avec l’administration, la recherche, le travail de thèse, les cours, un possible mandat d’élu etc… Il est impératif de savoir organiser son temps, ou d’apprendre à le faire !
  • avoir de bonnes capacités rédactionnelles : la thèse en études anglophones est longue (en moyenne 400-450 pages, jusqu’à 600 dans certains cas). Il est donc primordial de maîtriser le français, car c’est la langue dans laquelle vous devrez rédiger votre thèse, contrairement au mémoire de master qui est en anglais. Pour pouvoir rédiger votre thèse en anglais, il faut s’inscrire dans un cadre très précis : “Le code de l’éducation, applicable à la thèse, précise toutefois qu’une exception peut être justifiée par l’invitation de professeurs étrangers. La rédaction en anglais du manuscrit de thèse pourra donc être acceptée sous une condition : la nomination dans le jury de thèse d’un chercheur étranger non francophone. Il est alors possible par exemple de rédiger une thèse en anglais” (source). La thèse en cotutelle peut également rentrer dans ce cas de figure.

 

 

Démarrer sa thèse

Quelles étapes précèdent la première inscription en doctorat ?

La première étape est de trouver votre sujet de recherche. Il découle souvent du mémoire de master 2, mais il peut arriver de s’orienter vers un autre domaine. Votre sujet doit être le plus novateur possible. Vous pouvez élaborer ce sujet seul ou en discuter avec le professeur avec lequel vous aimeriez travailler.

En effet, pour mener à bien sa thèse, il faut l’appui d’un directeur de recherche. Votre directeur de recherche doit être titulaire d’une Habilitation à diriger les recherches (HDR) et donc être Professeur des universités. Si vous aimeriez travailler avec un Maître de conférences, cela reste possible, mais il faut absolument trouver un professeur en co-direction.

Une fois le sujet et le directeur de recherche trouvés, vous devez vous mettre en quête d’un financement.

Comment trouver un directeur de recherche ?

Votre directeur de recherche doit être un expert dans le domaine que vous souhaitez explorer en thèse. Si vous avez effectué votre Master à l’UT2J, vous connaissez déjà un bon nombre de professeurs, sinon nous vous conseillons de parcourir les CV des membres du C.A.S via l’annuaire du laboratoire.

Si vous estimez avoir besoin d’un second directeur (si l’enseignant-chercheur qui vous intéresse n’est pas habilité à diriger les recherches ou si vous avez besoin d’un professeur dans un autre domaine d’expertise), vous pouvez opter pour la co-direction. Dans ce cas, vous aurez un directeur de recherche à l’UT2J et un directeur de recherche dépendant d’un autre établissement français ou étranger et vous obtiendrez un seul diplôme, celui de l’UT2J. Vous pouvez aussi effectuer votre doctorat en co-tutelle internationale : vous aurez un directeur de recherche à l’UT2J et un directeur de recherche dans une université étrangère, et vous obtiendrez un doctorat par établissement/pays.

Comment s’inscrire en thèse ?

Une fois votre directeur de thèse et votre sujet trouvés, vous pouvez maintenant constituer votre dossier administratif. L’inscription en première année demande énormément de documents, mais rassurez-vous : elle est plus légère les années suivantes ! Vous retrouverez toutes les informations nécessaires ici.

Voici les pièces nécessaires à l’inscription :

  1. Projet de thèse (3-5 pages)
  2. Bibliographie
  3. CV
  4. Relevés de notes de Master 1 et 2
  5. Diplôme de Master ou attestation de réussite
  6. Lettre d’engagement de votre direction de thèse
  7. Si nécessaire convention de co-direction ou de cotutelle.
  8. Si vous bénéficiez d’un financement dédié pour réaliser votre thèse, joindre le justificatif du financement (montant et durée)

Plus d’informations sur la procédure ici.

En quoi consiste le projet de thèse ?

Le projet de thèse doit présenter votre sujet de recherche et les pistes que vous envisagez. Il est obligatoire d’en fournir un lors de votre première inscription mais également dans votre dossier CDU si vous souhaitez vous porter candidat. N’hésitez pas à contacter les délégués des doctorants qui pourront vous fournir sur demande des exemples de projets de thèse.

Quels sont les différents types de financements ?

Le CDU (contrat doctoral unique) est le financement le plus confortable pour effectuer sa thèse. Il s’agit d’un contrat de 3 ans avec ou sans avenant d’enseignement (si enseignement, la quotité horaire est de 64h à l’année). Il n’est cependant pas de droit : pour obtenir un CDU, il faut passer par deux phases de sélection, l’une devant le CAS, l’autre devant l’Ecole Doctorale ALLPH@.

Vous pouvez aussi être ATER (Attaché Temporaire d’Enseignement et de Recherche), mais ce type de financement est généralement plutôt réservé aux doctorants en fin de thèse. Un ATER dispense autant d’heures d’enseignement qu’un Maître de conférences (192h).

Si vous êtes titulaire d’un concours de l’enseignement, il est possible de mener sa thèse en enseignant dans le secondaire, bien que cela soit moins confortable. Il est également envisageable de se porter candidat sur des postes de PRAG (professeur agrégé dans le supérieur) ou de PRCE (professeur certifié dans le supérieur). Les PRAG et PRCE dispensent 384h de cours par an, soit le double d’un ATER. L’enseignement étant très chronophage, il est plutôt recommandé de postuler sur ces postes en toute fin de thèse ou une fois la thèse soutenue.

 

 

Le doctorat et sa durée

Combien de temps dure une thèse ?

Le diplôme du doctorat correspondant à bac +8, la thèse est censée durer 3 ans. Si cela est le cas pour la plupart des doctorants en sciences exactes (mathématiques, biologie etc…), cette durée a tendance à être dépassée par les doctorants en sciences humaines. La durée de la thèse est variable : elle dépend du profil des doctorants, de leurs conditions d’études (financés ou non, vie de famille ou non) et de leur domaine de recherche. En moyenne, un doctorant soutient au bout de 4 ans, mais il n’est pas rare de soutenir au bout de 5 ou 6 ans.

Y a-t-il une durée de thèse maximale ?

La durée légale maximale de la thèse est de 6 ans (voir l’arrêté du 25 mai 2016 sur le doctorat). Au-delà de la troisième année, il faut faire une demande de dérogation pour s’inscrire dans l’année suivante (il faut écrire une lettre de motivation et joindre son travail à son dossier).

Quel temps faut-il consacrer à son travail de thèse ?

Il est très difficile de répondre à cette question, car cela dépend du profil du doctorant. Vous trouverez quelques pistes dans cet article. Une chose est sûre : cela demande beaucoup d’investissement, donc beaucoup d’heures de travail…!

 

 

Le travail du doctorant

Le doctorat est-il une expérience solitaire ?

Cela dépend de plusieurs facteurs : si le doctorant est enseignant dans un autre établissement ou une autre ville que celle de son inscription, il lui sera plus difficile de nouer des liens avec les autres doctorants et de s’investir dans la vie du laboratoire ou de l’université.

Pour ceux qui ont la chance d’être sur place, le doctorat n’est pas voué à être une expérience solitaire : les doctorants du CAS disposent d’un bureau collectif à la Maison de la recherche, et ceux qui enseignent au DEMA ont également un bureau à l’UFR de langues (bâtiment Erasme). Travailler au bureau est idéal pour les personnes qui ont besoin de compagnie lorsqu’ils travaillent : l’ambiance est studieuse et les pauses salvatrices ! Il est également possible de travailler à la bibliothèque ou dans des cafés, de former des groupes de travail. Ainsi, si la solitude de l’expérience vous effraie, n’ayez crainte : ce n’est pas une fatalité ! Mais il est tout à fait possible de travailler de son côté si on le souhaite.

Est-il difficile de faire un doctorat ?

Certains doctorants vivent très bien leur thèse, d’autres beaucoup moins. Il faut retenir une chose : le doctorat est un marathon. Il dure en moyenne 4 ans, souvent 5, soit l’équivalent de toutes vos années d’études additionnées…! En 5 ans, on peut être confronté à toutes sortes de difficultés d’ordre personnel, à des baisses de régime, à des remises en question… D’où l’importance d’être bien entouré, tant au niveau professionnel (direction de thèse, collègues) que personnel.

En tous les cas, le doctorat est exigeant. Il faut non seulement travailler sur sa thèse, mais également publier des articles, faire des communications, de la vulgarisation, enseigner, organiser des événements scientifiques, jongler avec ses mandats d’élu etc… Cela demande beaucoup de ténacité et de travail, et il peut parfois être difficile de tenir le cap. Mais, encore une fois, il s’agit de temps long, et le doctorat n’a pas à être une expérience traumatisante. Il est tout à fait possible de l’apprécier !

En quoi consiste le travail d’un doctorant en études anglophones ?

Un doctorant doit tout d’abord travailler sur sa thèse, et cette phase est assez similaire au travail sur le mémoire de master. La nature de ce travail va dépendre de son domaine d’études (la méthodologie en traductologie sera très différente de la méthodologie en civilisation, par exemple), mais plusieurs étapes sont communes à toutes les disciplines :

  • les recherches : il faut effectuer une somme importante recherches sur son sujet (lectures critiques, analyse de corpus etc…).
  • la conceptualisation du sujet : à l’issu des recherches (ou pendant), il faut problématiser son thème de recherche de manière à dégager un plan.
  • le plan : la conception du plan peut prendre beaucoup de temps, notamment parce qu’on peut être amené à le changer très souvent, même en cours de rédaction…! Il ne faut pas sous-estimer cette étape.
  • la rédaction : c’est à cette étape que l’on pense le plus lorsqu’on pense à la thèse. Il s’agit bien évidemment d’une phase capitale qui peut prendre beaucoup de temps.
  • l’édition/la mise en page : à ne pas sous-estimer…! La thèse doit suivre un cahier des charges précis, et la chasse aux coquilles est essentielle une fois la rédaction terminée (orthographe, grammaire, notes de bas de page…).

Outre le travail sur la thèse, un doctorant doit effectuer des activités de recherche comme des publications, des communications ou de la vulgarisation scientifique. Cette étape est cruciale pour nourrir son CV, surtout si l’on souhaite devenir enseignant-chercheur et être qualifié au CNU.

N.B.: le CNU est le Conseil National des Universités. Si l’on veut devenir Maître de conférences, il faut envoyer un dossier au CNU une fois sa thèse soutenue. Le CNU décide ou non d’attribuer la qualification aux fonctions de MCF au docteur. Grâce à cette qualification, il est ensuite possible de se porter candidat à des postes de MCF. En études anglophones, nous appartenons à la section 11.

Un doctorant est également tenu de suivre 100h de formations durant sa thèse (50h de formations tronc commun, 50h de formations dans le parcours choisi lors de l’inscription). Certaines formations sont obligatoires, d’autres au choix. Dans le catalogue ADUM (la plateforme internet dont les doctorants dépendent), on trouve des formations sur la méthodologie de la recherche, sur l’entrepreneuriat, sur le logiciel Word, sur la pédagogie etc… Les communications, l’enseignement, les activités de vulgarisation et les mandats d’élu peuvent aussi valoir des heures de formation.

Enfin, si le doctorant est ATER, CDU, PRAG, chargé de cours ou professeur dans le secondaire, il doit enseigner. Cette partie demande beaucoup de temps et d’investissement, et la plupart des doctorants estiment que c’est l’enseignement qui leur prend le plus de temps.

Peut-on s’investir dans d’autres activités au sein de l’université ?

Il est possible pour tout doctorant de se porter candidat à des mandats d’élus. Comme le détaille cette page, les doctorants peuvent être représentants des doctorants du CAS, élus au niveau de l’Ecole Doctorale ALLPH@ ou encore élus à la Commission Recherche. Chaque mandat a ses spécificités et est plus ou moins chronophage, mais tous constituent une expérience très enrichissante qui peut tout à fait être valorisée sur un C.V.

 

Liens utiles

Site de l’école doctorale ALLPH@ 

Service des études doctorales de l’UT2J (SEDOC)

Site Doctorat Mode d’Emploi

Campus France

Site du Ministère de l’Enseignement Supérieur, de la Recherche et de l’Innovation

ONISEP

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search