Lucie Jammes : PRAG à Tahiti

Photo : Lucie JAMMES

 

 

 

Lucie JAMMES a effectué son doctorat à l’Université Toulouse II Jean Jaurès en littérature des États-Unis. Elle a d’abord obtenu un CDU puis a enchaîné deux contrats d’ATER, dont un à l’INSPE de Toulouse. Elle a soutenu sa thèse (“Témoignages de guerre dans la littérature américaine” sous la direction de Mme Nathalie COCHOY) fin 2020 et a obtenu un poste de PRAG à Tahiti dans la foulée. Elle exerce depuis lors à l’Université de la Polynésie française à Punaauia et revient sur cette expérience en cours.

Un grand merci à elle d’avoir accepté de répondre à nos questions !

 

 

 

Quand as-tu obtenu ton poste de PRAG ? Dans quelle université ?

J’ai tenté ma chance en décembre 2019 à l’Université de la Polynésie française. L’audition était le 13 décembre (très tôt le matin… 5h00, par là. C’est normal, c’est très compliqué de gérer le décalage horaire avec Tahiti !) En janvier 2020, j’ai su que j’avais été classée première sur les deux postes que j’espérais à  Tahiti, ce qui était formidable car j’ai pu choisir celui que je préférais (j’ai choisi le poste en LLCER, et non celui à l’INSPE. Les deux semblaient top mais je suis davantage faite pour la LLCER je pense !). Cela nous a laissé, à mon mari et moi, 4 mois pour organiser notre départ – 4 mois de coronavirus… pas exactement le meilleur moment pour un déménagement de l’autre côté de la planète, mais on en garde de bons souvenirs. Malgré la panique, on était heureux de se lancer dans l’aventure ensemble.

 

Comment se sont passées les sélections ?

D’abord, j’ai vu les postes sur Galaxie. J’ai monté un dossier pour chaque poste et candidaté. Une semaine environ après avoir postulé via Galaxie, j’ai reçu deux mails de l’Université de la Polynésie française, les deux indiquant qu’on désirait s’entretenir par visioconférence avec moi pour les postes demandés. Je ne sais pas exactement combien nous étions à être auditionnés, mais maintenant, je participe moi-même aux jurys pour ce type d’auditions et je vois que nous sélectionnons environ 6 ou 7 candidats par poste en vue de l’entretien.

Les deux entretiens se sont très bien déroulés, et j’étais ravie de la bonne nouvelle en janvier !

 

Il ne faut pas vivre la prise de poste de PRAG comme une mise à l’arrêt des activités de recherche – je pense vraiment que les deux peuvent être menées de front.

 

Comment vis-tu cette expérience (charge de travail, attributions, équilibre entre la recherche, la thèse et l’enseignement, salaire, avantages et inconvénients etc…) ?

Je ne regrette rien. Cette expérience m’a énormément apporté, sur tous les plans, et à mon mari également.

Ce qu’il y a de génial à la fac de Tahiti, c’est que c’est tout petit ! Chaque enseignant est seul intervenant sur ses cours. Par exemple, si j’enseigne la littérature américaine en L2, eh bien je suis la seule à le faire, car les effectifs sont faibles et qu’il n’y a pas besoin d’avoir plusieurs enseignants pour une matière. Je suis donc parfaitement autonome, et ne dois rendre de compte à personne. C’est très libérateur ! Je fais mon programme (dans un cadre prédéfini évidemment), mes examens, etc… et puis la relation avec les étudiants n’est pas la même, car ils me voient tous les jours et sont très peu nombreux. Nos rapports sont plus chaleureux et humains qu’en métropole, nous sommes plus proches, et puis le tutoiement généralisé resserre immédiatement les liens entre enseignants et étudiants (même si c’est étrange, au début, d’entendre des choses comme « Madame, tu viens d’où, toi ? » ou encore « Madame, ils sont trop durs tes cours ! » hahaha !)

Le pendant négatif de cette totale liberté, c’est qu’il y a beaucoup de travail, et peu de personnes avec qui le partager. J’ai beaucoup de responsabilités, et cela a été le cas dès mon arrivée : je suis responsable pédagogique des L1, des L2, responsable des stages, Directrice des Études L1 (en charge de Parcoursup…). Tout ceci a été extrêmement formateur pour moi, mais aussi angoissant au début, car j’avais peur de mal faire. Heureusement, les collègues sont gentils, accueillants, et les étudiants sont d’une bienveillance et d’une reconnaissance rares. Ils me manqueront beaucoup si je dois les quitter ! Je dirais donc que la charge de travail, les heures supplémentaires et les responsabilités administratives sont non-négligeables, mais les avantages du cadre, de l’université à taille humaine, des étudiants si gentils et du salaire indexé (il faut bien le dire) font largement relativiser l’investissement très intense qui est requis des nouveaux PRAG à leur arrivée.

Pour ce qui est de la recherche, j’ai soutenu ma thèse en 2020, donc je n’ai pas eu à m’en soucier en arrivant à Tahiti. Toutefois, une baisse de productivité en recherche est forcément survenue : je me suis dédiée à mes cours à 200% la première année, et ai eu peu de temps pour faire autre chose. Mais il ne faut pas croire qu’un planning chargé en termes d’enseignement ne laisse pas du tout de place au reste, j’ai quand même pu envoyer un article qui a été accepté pour publication, j’ai fait deux conférences virtuelles (au beau milieu de la nuit, les joies de l’expatriation !), ainsi qu’un compte rendu critique d’ouvrage. Là, je vais profiter de la fin des vacances de Noël pour tenter de faire publier ma thèse. En étant organisé, il reste bien sûr possible d’aménager du temps pour la recherche ! Il ne faut pas vivre la prise de poste de PRAG comme une mise à l’arrêt des activités de recherche – je pense vraiment que les deux peuvent être menées de front.

Le salaire, comme je le disais plus haut, est indexé à 1.84, ce qui veut dire qu’un salaire de PRAG à Tahiti équivaut presque au double d’un salaire de PRAG en métropole. C’est normal : le coût de la vie est cher en Polynésie française, et puis le déménagement engendre des frais colossaux au début, ainsi que les billets d’avion, etc… Toutefois, il serait bien mesquin de dire que tout considéré, le salaire d’un PRAG à Tahiti est bas. Il est, à mon sens, très élevé, et permet de vivre plus que correctement, sans compter les primes ! Durant la première année de notre séjour, mon mari n’a pas travaillé, il a repris ses études : ceci ne nous a pas empêchés de vivre convenablement sur mon salaire seul, d’acheter une voiture, etc… Pour résumer : il n’y a – financièrement – que des avantages à accepter un poste de PRAG à Tahiti.

Les inconvénients, bien sûr, sont d’ordre logistique : on ne peut pas rendre visite à sa famille bien souvent. Depuis notre départ, mon mari est rentré une seule fois, et moi deux (la première pour soutenir ma thèse). Parfois, nos familles nous manquent, ainsi que le confort métropolitain auquel nous étions habitués. Mais 95% du temps, nous ne nous soucions pas de cela : nous sommes trop bien en Polynésie française pour avoir des regrets, nous avons une chance incroyable de pouvoir visiter ces îles paradisiaques et découvrir leurs cultures. En plus, nous avons reconstruit nos cercles sociaux en un rien de temps : l’ouverture d’esprit, l’aisance et le contact des gens qui nous ont accueillis à l’université (et partout ailleurs) ont largement facilité cela. Nous nous sommes intégrés en quelques mois, et avons désormais beaucoup de vrais bons amis à Tahiti qu’il nous sera très difficile de quitter.

 

[J]e reste persuadée qu’il faut considérer tout poste PRAG comme une chance, et ne pas écouter ceux qui cherchent à dévaluer ce type de postes à l’université.

 

As-tu des conseils pour les doctorants souhaitant devenir PRAG ?

Mon conseil : finir sa thèse avant, dans la mesure du possible. Cela vous épargnera beaucoup de stress et de jonglage entre les cours et la rédaction.

Un autre conseil : les PRAG sont souvent perçus comme étant avant tout « des non-MCF », en tout cas, des gens qui n’ont pas encore réussi à obtenir un poste d’enseignant-chercheur. Il faut, dans la mesure du possible, garder à l’esprit qu’un poste de PRAG permet d’accumuler beaucoup d’expériences, d’enseignements et de responsabilités diverses en peu de temps, ce qui est très positif. L’impact sur le CV est très intéressant, et fait une différence énorme pour la suite. Ainsi, je reste persuadée qu’il faut considérer tout poste PRAG comme une chance, et ne pas écouter ceux qui cherchent à dévaluer ce type de postes à l’université.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
doctoratcas (8 janvier 2022). Lucie Jammes : PRAG à Tahiti. Carnet des Doctorants du C.A.S. Consulté le 14 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/nvgy


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search