Claire Mansour, MCF

L’entretien qui suit a été réalisé en 2020 par Eleana Sanchez : un grand merci à elle et à Claire Mansour d’avoir accepté qu’il soit publié ici ! 

Claire Mansour a soutenu sa thèse en civilisation britannique (« Diffusion et évolution des mouvements sociaux dans les longues années soixante au Royaume-Uni », Université Toulouse Jean Jaurès, sous la direction du Professeur Vincent Latour) en 2018. Elle est désormais MCF à l’Université Toulouse II Jean Jaurès depuis la rentrée 2020-2021.

Page 1 : Description de la thèse de Claire – son parcours – sa méthode de travail 

Page 2 : Les déconvenues – les réussites – la soutenance 

Page 3 : La méthodologie en civilisation – la première communication – la première publication

Page 4 : Pourquoi la thèse – l’agrégation – conseils pour les doctorants


1. Commençons par la thèse, peux-tu me décrire l’objet « physiquement » en termes de volume, nombre de pages, parties, annexes, charte graphique, etc.

C’est un beau pavé bien lourd de 602 pages et elle tient en un seul volume (c’est conseillé). Elle s’intitule “Diffusion et évolution des mouvements sociaux dans les longues années soixante au Royaume-Uni : 1956-1979”.

Mon introduction est assez classique, avec une présentation de l’objet d’étude et du cadre temporel, une partie sur les axes d’études et les cadres théoriques, une partie expliquant la méthodologie et le choix des sources, quelques paragraphes justifiant les choix de traduction ou au contraire la décision de ne pas traduire, et enfin la présentation du plan.

L’originalité de la structure de ma thèse réside dans le fait que la forme reflète le fond, l’objet d’étude en lui-même. Je pars du postulat que la période étudiée représente un cycle de contestation composé de dix mouvements sociaux que j’analyse individuellement, dans dix chapitres distincts organisés de manière chronologique et thématique et modélisés en différentes phases : émergence, influence des mouvements précédents, apogée et déclin.

À l’intérieur de ce cycle de contestation, je distingue deux sortes de mouvements qui correspondent aux deux parties de la thèse, qui sont de taille égale. D’abord les « mouvements de première génération », qui sont ceux qui ont suivi directement dans le sillage du mouvement précurseur du cycle (mouvement pour le désarmement nucléaire → suivi par le mouvement contre la guerre du Vietnam, les mouvements étudiant, ouvrier, et anti-raciste). Puis dans la deuxième partie les « mouvements de deuxième génération », c’est-à-dire les mouvements qui ont dérivé par filiation des mouvements de la génération précédente (mouvements féministe, gay et lesbien, pour les droits civiques en Irlande du Nord, les nationalismes gallois et écossais et enfin le mouvement écologiste).

 

2. Maintenant peux-tu me décrire ta thèse « philosophiquement » « temporellement » et « financièrement » ?

J’ai commencé ma thèse en septembre 2013, après une année de stage en lycée suivant l’obtention de l’agrégation. J’avais une idée assez vague de ce que je voulais faire, même si je n’avais pas du tout les bons concepts pour la décrire. J’avais l’intuition que toutes ces ressemblances constatées entre les mouvements sociaux des longues années soixante n’étaient pas le fruit du hasard, et je voyais bien qu’il existait des liens entre les mouvements au Royaume-Uni et à l’étranger, mais je ne savais du tout comment aborder le sujet.

Mon directeur a accepté de me diriger, tout en me mettant en garde qu’il allait falloir faire un gros travail conceptuel pour affiner le sujet, qui au départ était « la contestation sociale dans les années 1960 », ce qui était vraiment très fourre-tout. C’était assez drôle, parce que les personnes à qui j’en avais parlé à l’époque, qui n’étaient pas du tout dans la recherche, me disaient « oulah, vaste sujet ! », parce qu’ils voyaient de suite que cela ne correspondait pas à l’idée qu’on se fait d’un sujet de thèse, dont la précision relève d’habitude plutôt du micro poil sur une patte de mouche.

Mon premier objectif de recherche a donc été méthodologique, il m’a fallu trouver un angle d’attaque pour aborder mon sujet et bien le délimiter. J’ai consacré la première année de ma thèse à m’initier à la sociologie des mouvements sociaux, une discipline qui n’avait pas fait partie de ma formation universitaire, ce qui m’a permis petit à petit de préciser le sujet et d’élaborer le cadre théorique. J’ai également essayé de faire un état des lieux de la recherche sur les années soixante au Royaume-Uni, mais aussi plus généralement sur la vague de contestation internationale, et c’est là que j’ai pu constater qu’il y avait de très nombreux ouvrages sur la période, mais très peu sur les mouvements sociaux britanniques, et ces ouvrages-là se focalisaient en général sur un seul mouvement, sans chercher à retracer les liens entre les différents mouvements de l’époque. Cela m’a confortée dans l’idée qu’il y avait bien un vide à combler.

Lors de ma deuxième année de thèse, j’ai essayé d’appliquer les outils sociologiques retenus à des mouvements que je souhaitais étudier. Mon directeur m’a conseillé d’essayer de rédiger un chapitre très tôt, puisque j’avais déjà une idée du plan de ma thèse, avec chaque chapitre correspondant à un mouvement distinct. Mon directeur m’a demandé alors que j’avais fini la rédaction d’organiser ma thèse en parties, comme cela se fait traditionnellement, et cela m’a conduite à faire la distinction entre les mouvements de première et de seconde génération. Cela m’a effectivement beaucoup aidée, en me permettant de voir concrètement à quoi allait ressembler ma thèse, quelles étaient les problèmes que je rencontrais, et notamment, comment j’allais exploiter les sources primaires.

Lors de ma troisième année, j’ai principalement analysé des publications militantes, étudiantes et contre-culturelles qui allaient me servir de corpus pour ma thèse. À ce moment-là j’avais l’impression que les archives en ligne seraient suffisantes, mais j’ai dû me rendre à l’évidence, pour certains chapitres, il allait falloir effectuer un voyage de terrain pour consulter des fonds d’archives à Londres, notamment à la British Library et à l’Institute of Race Relations. Ce séjour a été riche en trouvailles, et m’a fait complètement reconsidérer mon calendrier. J’ai trouvé beaucoup de nouvelles sources dont je ne soupçonnais pas l’existence, et cela m’a poussée à prendre une année supplémentaire pour les analyser en détail, puis reprendre les chapitres déjà rédigés pour les enrichir et les remanier. Enfin, il y a eu les sept derniers mois, où je me suis complètement isolée pour rédiger et retravailler ce que j’avais déjà écrit pour harmoniser et faire tenir le tout. Comme j’avais effectué la majorité de mes cours au premier semestre et qu’en plus le campus du Mirail a été bloqué, j’ai pu me consacrer presque exclusivement à ma thèse. J’ai déposé mon mémoire à l’imprimerie en juin 2018, et j’ai soutenu au début du mois de septembre suivant. Il m’a donc fallu cinq ans pour venir à bout de ma thèse.

Au niveau du financement, j’ai eu la chance de bénéficier d’un contrat doctoral avec charge d’enseignement dans mon université, Toulouse – Jean Jaurès, lors de mes trois premières années de thèse, puis de deux ans d’ATER à temps plein, toujours à Jean Jaurès. Donc j’ai pu faire ma thèse dans de très bonnes conditions. Je sais que c’est de plus en plus difficile pour les doctorants, et qu’on perd beaucoup de temps et d’énergie à postuler pour obtenir un contrat d’enseignement. Certains doivent retourner dans le secondaire, d’autres font le choix de partir de leurs universités, donc en ce sens j’estime avoir eu beaucoup de chance d’avoir pu rester dans ma fac.

 

[…] Pendant les sept mois de rédaction, j’ai vraiment tout donné, je dépassais facilement les 10h par jour, tous les jours se ressemblaient, sauf quand j’allais donner des cours.

 

3. Parlons travail. Comment bossais-tu sur ta thèse, dans quels espaces (chez toi, au labo, dans des cafés, au marché bio, au cinéma…), à quel rythme, et quelle relation tu as eue avec ton travail de thèse ?

Hormis pendant mon voyage de terrain, j’ai toujours travaillé chez moi. J’avais pris cette habitude en préparant l’agrégation. Je suis beaucoup plus efficace et moins dispersée si je travaille chez moi, alors que si je vais au laboratoire je vais être tentée de vouloir aller boire un café avec le premier ou la première qui va faire une pause. À la bibliothèque, je papillonne et je feuillette des livres, je regarde par la fenêtre… Au niveau du rythme, je dirais que j’avais un train assez soutenu parce que je voulais m’autoriser de vraies coupures estivales. Entre la préparation des cours et la thèse, je devais travailler dans les 8h par jour, souvent le week-end et pendant les vacances, sauf l’été où je ne touchais plus à rien pendant deux mois (sauf la quatrième année où je n’ai pris que quelques jours en juillet-août). Et pendant les sept mois de rédaction, j’ai vraiment tout donné, je dépassais facilement les 10h par jour, tous les jours se ressemblaient, sauf quand j’allais donner des cours. C’était une sorte de confinement volontaire !

Par rapport à ma relation avec mon travail de thèse, ce qui m’a paru difficile c’est de trouver le juste équilibre avec mon travail d’enseignante. La préparation des cours et la correction des copies est bien sûr très chronophage, mais surtout, la gratification est immédiate, contrairement au travail de thèse où l’on peut parfois avoir l’impression de travailler des heures pour rien, parce que ces efforts-là ne portent leurs fruits que sur le long terme. J’ai eu du mal à me forcer à ne pas trop mettre entre parenthèse la recherche durant les phases où j’avais beaucoup d’heures d’enseignement.

Ce qui m’a aidée à avancer dans mon travail de thèse, c’est de me fixer des mini-objectifs, à différentes échelles (jours, semaines, mois, pour avoir au moins une forme de satisfaction de voir les choses avancer, ou au contraire me forcer à être plus efficace et à ne pas trop traînasser). Parce que quand on commence, on se dit que trois ans c’est largement suffisant pour boucler la thèse, ça parait très long, et puis en fin de compte, ça ne m’a bien sûr pas suffi !

 

A suivre → Les déconvenues – les réussites – la soutenance 


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
doctoratcas (15 décembre 2021). Claire Mansour, MCF. Carnet des Doctorants du C.A.S. Consulté le 14 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/nvgt


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search