Claire CAZAJOUS-AUGE : MCF à l’UT2J

Durée de lecture : env. 3 mn

Claire CAZAJOUS-AUGE est Maîtresse de conférences à l’Université Toulouse II Jean Jaurès. Elle enseigne au Département Etudes du Monde Anglophone (DEMA) et est membre de l’équipe d’accueil CAS (Centre for Anglophone Studies). Sa thèse, « À la trace : l’animal dans les nouvelles de Rick Bass » (2017), a été publiée aux Presses de l’École Normale Supérieure de Lyon en 2021, et ses recherches s’articulent autour de l’écocritique , l’écopoétique et la zoopoétique. Ancienne doctorante du CAS, elle revient aujourd’hui sur son parcours et sur la réalité du métier d’enseignant-chercheur.


1. Pourrais-tu résumer ton parcours en quelques mots ?

J’ai obtenu le CAPES et l’Agrégation externes en 2012. J’ai ensuite fait mon stage d’enseignement en lycée tout en étant inscrite en première année de thèse. Puis, j’ai été ATER pendant quatre ans. A la fin de ma thèse, j’ai été recrutée comme PRAG et je suis MCF depuis 2020.

2. Comment ton (tes) audition(s) s’est-elle (se sont-elles) déroulée(s) ?

Les auditions ont été des moments stressants mais très formateurs.

3. Comment vis-tu cette expérience (charge de travail, responsabilités…) ?

Je trouve ce métier très épanouissant. Certes, les responsabilités et la charge de travail sont conséquentes, mais il est très satisfaisant de s’investir au sein de son département et de son équipe de recherche au niveau collectif. Une fois MCF, de nouveaux horizons s’ouvrent, et il est plus facile de lancer certains projets pédagogiques et de recherche.

4. Que préfères-tu dans ton travail ?

Deux choses assez contradictoires : d’un côté, j’aime enseigner et être en contact avec les étudiants ; de l’autre, j’aime les périodes de recherche qui peuvent être parfois solitaires, et durant lesquelles je suis concentrée sur une communication ou un article (même si ces moments sont rares, tant le poids des tâches administratives est lourd !).

5. Y a-t-il, au contraire, des inconvénients ?

Sans hésiter, ce sont les tâches administratives qui s’accumulent et, à cause des dates butoirs, deviennent d’un coup prioritaires sur d’autres choses.

6. As-tu des conseils pour les doctorants souhaitant devenir MCF/PRAG (activités à privilégier lors du parcours doctoral, préparation des auditions etc) ?

Ne surtout pas se décourager, malgré les nombreux obstacles que l’on rencontre. Les postes se raréfient dans la plupart des disciplines, mais cela vaut le coup de persévérer.

 

Un grand merci à Claire CAZAJOUS-AUGE pour sa participation !



Citer ce billet
doctoratcas (2023, 3 juillet). Claire CAZAJOUS-AUGE : MCF à l’UT2J. Carnet des Doctorants du C.A.S. Consulté le 23 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/nvif

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search