Cyril CAMUS : enseignant en CPGE

Durée de lecture : env. 7mn

Cyril Camus est enseignant en CPGE commerciales et économico-juridiques à Toulouse. Il a soutenu sa thèse (“Mythe et fabulation dans la fiction populaire de Neil Gaiman”) à l’Université Toulouse II en 2012, et enseigne l’anglais en classes préparatoires depuis lors. Nous vous proposons un retour sur son parcours en quelques questions, et nous le remercions à nouveau chaleureusement d’avoir accepté de participer à cette initiative !


Pourriez-vous résumer votre parcours en quelques mots ?

J’ai étudié à l’UT2 de 1997 à 2012, validant un DEA (ancien Master 2) en 2003, puis une licence de Lettres modernes par correspondance pendant une année d’assistanat de langues en Irlande du Nord, en 2004, une préparation à l’Agrégation, que j’ai décrochée en 2007. J’ai ensuite fait un stage en lycée à Bordeaux, avec formation à l’IUFM de Mérignac, puis j’ai été, de 2008 à 2012, doctorant et ATER à l’UT2.

Entre 2012 et 2016, j’ai enseigné l’anglais à des CPGE commerciales (ECE) et scientifiques (PCSI et PC) au lycée Théophile Gautier, à Tarbes, et depuis 2016, j’enseigne l’anglais à des CPGE commerciales (ATS Économie-Gestion d’une part, et, d’autre part, ECE et ECS avant la réforme récente, regroupées en ECG depuis la réforme) et économico-juridiques (D1, filière où les élèves préparent le concours du département de droit (à Rennes) de l’ENS) au lycée Ozenne, à Toulouse.

Avez-vous toujours voulu enseigner en CPGE ?

Non.

Comment votre recrutement en CPGE s’est-il déroulé ?

J’ai participé au mouvement national de mutations des professeurs de l’éducation nationale, en faisant une demande d’affectation sur poste spécifique (sur le site du SIAM, accessible via iProf), après avoir vu qu’il y avait un poste en CPGE disponible en région Midi-Pyrénées (information vérifiable sur le même site) ; c’était le poste de Tarbes. J’ai refait de même quatre ans plus tard en voyant (sur le même site) qu’un poste se libérait à Toulouse.

Comment vivez-vous cette expérience (charge de travail, responsabilités…) ?

La charge de travail (en particulier en termes de correction de copies) est difficile à supporter. Il y a eu presque tous les ans des collègues obligés de s’arrêter pendant plusieurs mois pour cause d’épuisement professionnel, depuis que je suis arrivé à Ozenne, et le poste est effectivement lourd. Malgré une ambiance globalement bonne (avec des élèves motivés et des collègues solidaires), l’impression d’avoir de larges pans de l’année totalement engloutis par les corrections de copies a des côtés démoralisants.

Outre les effets que le surmenage peut avoir sur le moral et la santé à la longue, il fait aussi que je déconseille la filière CPGE pour quelqu’un qui voudrait pouvoir facilement trouver du temps pour se consacrer à la recherche.

Que préférez-vous dans votre travail ?

L’échange avec les élèves est agréable et enrichissant. Les élèves sont, de façon générale, très motivés et impliqués. Les colles contribuent à la surcharge de travail mentionnée dans la réponse précédente, mais elles sont aussi un moment privilégié où les élèves bénéficient plus ou moins d’une sorte de cours particulier, et où on peut mieux appréhender leurs problématiques personnelles. Le travail qu’on fait avec eux est aussi plutôt intéressant – on peut travailler la langue ou la civilisation à un niveau relativement pointu, par rapport à l’enseignement dans le secondaire, même si les niveaux des élèves sont hétérogènes (mais cela est vrai aussi à l’université).

Parmi les avantages d’un poste en CPGE, il est peut-être aussi important de souligner, pour les étudiants qui réfléchissent à une candidature, la rémunération, qui est confortable. D’abord, outre le traitement de professeur agrégé à l’échelon auquel on se trouve, on touche une indemnité dite « pour fonctions particulières ». Ensuite, en fonction du nombre d’élèves dans les classes, il est possible d’avoir une ou deux heures de son service qui sont comptées comme des heures supplémentaires. Enfin, les colles qu’on réalise avec les élèves en plus du service ont un barème propre, également avantageux.

Comment envisagez-vous l’avenir ?

Je ne sais pas.

Avez-vous des conseils pour les doctorants souhaitant devenir professeur en CPGE (activités à privilégier lors du parcours doctoral, préparation du recrutement etc) ?

Je n’ai pas eu l’impression qu’il y avait des compétences requises particulières, qui permettraient de s’orienter dans des formations préalables ou des activités spécifiques : être professeur agrégé est a priori suffisant.

Il m’a semblé que le fait d’avoir un doctorat, d’avoir eu un peu d’expérience de l’enseignement dans le secondaire (via le stage d’Agrégation) et d’avoir eu aussi de l’expérience dans l’enseignement supérieur (comme ATER) étaient autant de plus pour la commission paritaire qui m’a choisi parmi les candidats, mais je n’ai pas eu de contacts avec eux, donc je ne peux pas l’assurer.

Je pense en tout cas qu’au moment d’enregistrer la candidature, il est bon d’avoir soigneusement rempli la partie CV d’iProf de façon à bien souligner son expérience. Le site permet notamment d’ajouter des précisions sur les différentes tâches qu’on a eu accomplir, comme l’organisation et la conception d’examens, et je crois qu’il ne faut pas hésiter à saisir tout ce qu’on a fait.



Citer ce billet
doctoratcas (2023, 26 juin). Cyril CAMUS : enseignant en CPGE. Carnet des Doctorants du C.A.S. Consulté le 23 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/nvie

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search