8 – La soutenance

Vous aurez au minimum 6 semaines de délai entre le dépôt du manuscrit et la soutenance : prenez AU MOINS 2 semaines pour vous reposer ! Vous l’avez bien mérité.

La préparation de la soutenance se décline surtout en deux parties : la rédaction du discours liminaire et l’organisation de la soutenance. Ce n’est rien par rapport à tout ce que vous avez dû faire au cours de votre doctorat, mais il ne faut pas pour autant négliger ces éléments. Gardez le cap, mais soufflez un peu !

 

I. Aspects pratiques

Réservation de la salle

C’est habituellement la direction de thèse qui s’occupe de cette étape. Normalement, la réservation se fait dès que la date de soutenance est posée, mais en cas de doute à ce sujet vous pouvez contacter la responsable administrative du service des écoles doctorales.

Visio-conférence

Si vous souhaitez retransmettre votre soutenance par Zoom, prenez contact avec la personne en charge de la maintenance et de la logistique. Vous devrez créer une session Zoom, et tester tout cela avec lui avant la soutenance.

Pour les bouteilles d’eau du jury, c’est l’accueil de la Maison de la Recherche qui s’en chargera.

Les affichettes de présentation du jury seront imprimées par la responsable administrative du CAS.

Le pot

Sachez que l’organisation du pot de thèse est optionnelle. Si vous choisissez d’en organiser un, alors tout sera de votre ressort, du financement au choix des mets !

Si vous souhaitez proposer des produits faits maison, réfléchissez à ce que vous souhaitez proposer plusieurs semaines avant la soutenance et étalez la préparation sur au moins une semaine, quitte à congeler ce qui peut l’être. Cela vous fera gagner un temps précieux. N’oubliez pas d’apporter de la vaisselle et plusieurs sacs poubelles.

Vous n’aurez vraisemblablement pas le temps de tout installer dans la salle du pot, surtout si vous ne pouvez pas y accéder avant 14h. C’est le moment de déléguer…! Demandez à vos amis ou camarades de le faire pour vous pendant la pause, par exemple.

 

II. Préparer la soutenance

Les pré-rapports

Vous pourrez vous atteler à la rédaction de votre discours de soutenance une fois que vous aurez pris connaissances des pré-rapports.

Ces pré-rapports sont rédigés par deux pré-rapporteurs qui donnent leur avis sur la thèse : ils constituent donc un aperçu de ce qui se dira lors de la soutenance, et d’un point de vue purement administratif ils garantissent la tenue de la soutenance (les pré-rapporteurs doivent être favorables à l’organisation de la soutenance afin qu’elle ait lieu).

Habituellement, les pré-rapports (comme les discours des examinateurs lors de la soutenance) commentent plusieurs aspects de la thèse : le respect de l’exercice, le fond, mais aussi la forme (les coquilles, la mise en page, la langue etc…). Les pré-rapporteurs peuvent aussi soulever plusieurs questions ; vous allez devoir vous servir de la teneur de ces pré-rapports afin de rédiger votre discours de soutenance, voir votre erratum. Inutile, donc, de s’y prendre trop tôt : sans les pré-rapports, vous risquez de passer à côté d’éléments cruciaux.

Vous recevrez un mail au plus tard deux semaines avant la soutenance vous indiquant que les pré-rapports sont disponibles. Ils seront téléchargeables depuis le mail.

La relecture de la thèse

On a beau passer des années sur notre thèse, au moment de la rendre c’est un peu comme si tout s’évaporait… Il peut donc être très utile de vous replonger dans votre thèse et de vous la réapproprier.

La relire, même en diagonale, l’annoter, la résumer très brièvement… A vous de trouver la technique qui vous convient.

Il peut s’avérer utile de créer un document à part et d’y noter vos remarques : telle idée vous fait penser à telle ouverture, par exemple. Vous pouvez aussi imprimer le sommaire de votre thèse afin de l’avoir toujours sous les yeux lors de la soutenance : ainsi, vous n’aurez pas à trop ouvrir le manuscrit, et cela vous rassurera.

C’est parfois un peu difficile de rouvrir le manuscrit, notamment lorsqu’on sait que des coquilles traînent… Il faut mettre son ego de côté et se forcer à relire sa thèse, quitte à rédiger un erratum pour le jury.

L’erratum

Juste avant la soutenance, vous pouvez distribuer un erratum aux membres du jury. Les coquilles sont absolument normales et inévitables : c’est le moment de montrer au jury que vous en avez conscience. Procurer un erratum au jury vous permettra d’anticiper leurs remarques à ce sujet, voire d’éviter l’énumération de vos coquilles durant la soutenance (une partie peu agréable, vous en conviendrez sûrement).

Vous pouvez, par exemple, faire un tableau avec trois colonnes : l’une pour le numéro de page, l’autre pour la coquille, la dernière pour sa correction.

Gardez toutefois à l’esprit que l’erratum n’est aucunement obligatoire.

Le discours de soutenance

Le discours liminaire doit durer une vingtaine de minutes. Il ne s’agit pas d’un exercice aussi codifié que la thèse, mais il doit, dans la mesure du possible, contenir les éléments suivants :

  1. Remerciements (jury, public…)
  2. Genèse du projet : revenez sur les origines de votre sujet de thèse. Par exemple, comment l’avez-vous trouvé ? Comment s’est-il précisé ? Comment en êtes-vous arrivé à votre corpus, votre problématique, votre cadre théorique ?
  3. Résumé avec justifications des choix : il ne s’agit pas vraiment de résumer votre thèse ; le jury l’a lue et l’a en tête. Mais c’est le moment de justifier votre cheminement intellectuel, de reprendre les remarques des pré-rapports. Pourquoi avoir choisi ce cheminement ?
  4. Ouverture sur la future recherche : si des éléments ont été laissés en suspens dans la thèse, vous pouvez vous en servir ici pour dire que vous les exploiterez plus tard. Sinon, parlez tout simplement de ce que vous aimeriez faire après la thèse !

Dans tous les cas, le discours liminaire est l’occasion de renforcer votre position de chercheur. Ne vous dévalorisez pas, et ne dévalorisez pas votre travail. Vous avez fait des choix : c’est le moment de les assumer !

N’hésitez pas à faire relire votre discours par votre direction de thèse/vos collègues, voire à le répéter devant un public si cela peut vous rassurer.

Rappelez-vous, aussi, que le discours sera intégré dans le rapport de thèse ; la teneur de ce dernier sera particulièrement importante si vous souhaitez devenir enseignant-chercheur par la suite. Vous pouvez donc tout à fait rendre ce discours personnel, prendre plus de libertés que pour une communication, par exemple, mais il faut le soigner et rester technique car il sera lu par des commissions de recrutement. Un juste équilibre à trouver !

L’avis de soutenance

Il n’y a pas de délai précis à respecter, mais vous pouvez envoyer l’avis de soutenance à vos collègues environ deux semaines avant la soutenance.

Pour ce faire, envoyez votre avis de soutenance à la gestionnaire administrative du CAS qui fera le relai.

Vous pouvez trouver votre avis de soutenance sur Adum : vous pouvez l’enregistrer au format pdf (clic droit, imprimer, enregistrer au format pdf).

Votre direction de thèse peut également décider de diffuser l’avis via la SAES ou toute autre société savante.

III. Le jour J

Nous allons simplement vous donner quelques conseils en vrac :

  1. La meilleure manière de préparer votre soutenance… C’est d’assister aux soutenances des autres ! Cela vous aidera à y voir plus clair, à savoir à quoi vous attendre. L’exercice vous paraîtra ensuite (un peu) moins impressionnant, et vous pourrez aussi glaner des informations et conseils dans les interventions du jury.
  2. Cela va vous paraître évident, mais n’oubliez pas de prendre votre thèse, du papier, un stylo et une bouteille d’eau avec vous.
  3. Vous pouvez utiliser des marque-pages pour pouvoir naviguer plus facilement dans la thèse. Par exemple, marquez les pages des grandes parties, du sommaire, de la bibliographie, ou encore les pages qui ont fait l’objet de remarques importantes dans les pré-rapports.
  4. N’hésitez pas à déléguer, car vous aurez beaucoup de choses à faire !
  5. En tant que spectateur, on peut trouver une soutenance très longue… En tant qu’acteur, cela passe à toute vitesse. Essayez de profiter de ce moment unique dans la vie d’un jeune chercheur !
  6. Les membres du jury ne s’attendront pas à ce que vous répondiez à toutes les questions qu’ils vous poseront. Faites une sélection, et répondez aux questions qui vous inspirent.
  7. Tout comme il faut faire le deuil d’un manuscrit parfait et dépourvu de coquilles, vous devriez aussi faire le deuil d’une soutenance impeccable. Il y aura sans doute des imprévus, et il faudra faire avec ! En période d’incertitudes (grèves, blocages), prévoyez une autre salle en dehors du campus. Il vaut mieux avoir un plan B.

 

La soutenance peut être un moment très émouvant. Vous allez, peut-être, présenter votre travail devant votre famille et vos amis. Essayez d’en profiter un maximum !



Citer ce billet
doctoratcas (2023, 27 mars). 8 – La soutenance. Carnet des Doctorants du C.A.S. Consulté le 23 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/nvia

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search