6 – L’édition

Attention : toutes les astuces de traitement de texte citées ci-dessous concernent seulement Word.

Une fois le corps de la thèse rédigé… Le travail n’est pas tout à fait fini ! Vous allez devoir ajouter quelques sections avant de lancer l’impression du manuscrit :

I. Les relectures

“Et surtout, n’oubliez pas de vous relire !”

Si vous enseignez, vous devez avoir l’habitude de répéter ces mots à vos étudiants/élèves. Eh bien il convient de suivre cette consigne une fois la thèse rédigée…!

  1. Relire le texte

Relisez vous-même votre manuscrit, faites-le relire à votre direction de thèse et, si possible, à des personnes qui n’ont pas travaillé sur votre sujet (collègues doctorants, amis…). Lorsque l’on est immergé à 100% dans la thèse, il est très difficile de repérer les coquilles, du -s intempestif au mot manquant dans la phrase.

Vous pouvez passer par des logiciels comme Antidote afin de traquer les dernières fautes. Ce logiciel est efficace, mais pas infaillible : faites le deuil d’un manuscrit parfait. Il restera toujours des coquilles, malgré vos efforts. Mais essayez de faire en sorte d’éliminer les plus grosses…!

Faites aussi attention à la mise en page qui peut se décaler en cours de route : évitez les citations sur deux pages, chassez les sauts de paragraphe inutiles etc…

2. Relire les notes de bas de page

N’oubliez pas les notes de bas de page si vous en avez : il faut impérativement les relire, même si elles sont nombreuses…!

Vous pouvez le faire au fur et à mesure de vos relectures du texte ou les imprimer. Pour ce faire, allez dans affichage > mode brouillon, puis allez dans références > afficher les notes. Vous pourrez ensuite sélectionner toutes les notes (crtl+A) et les copier-coller sur un document vierge… puis les imprimer. Cela fera sans doute BEAUCOUP de pages, mais au moins vous aurez tout sous les yeux.

Il est très important de relire ses notes, non seulement pour traquer les fautes (notamment sur les noms propres), mais aussi (voire surtout) pour vérifier que chaque donnée bibliographique figure bien dans votre bibliographie. Nous vous conseillons donc de relire les notes de bas de page avec votre bibliographie sous les yeux. C’est un travail très fastidieux, mais indispensable.

II. La mise en page

La feuille de style

Nous vous conseillons d’utiliser cette feuille de style, fournie par l’université. Plus d’informations sont disponibles sur le site de l’Université.

N.B : Attention, il se peut que vos paramètres sautent en copiant-collant votre texte sur la feuille de style…!

Pour modifier toutes les notes de bas de page sur Word (changer la taille ou la police, par exemple), utilisez la technique citée ci-dessus.

Les titres

Il faut que les titres soient clairs et peu nombreux afin de faciliter la lecture et la navigation dans le texte : évitez de multiplier les niveaux (3 ou 4 maximum). La feuille de style propose la police Verdana, mais vous pouvez en utiliser une autre. Dans ce cas, changez les Styles dans Word (clic droit sur le style > modifier).

Au moment d’enregistrer votre fichier en pdf, cliquez sur Options > Créer des signets à l’aide de… > Titres.

Cela permettra de générer des signets dans la colonne de gauche de votre pdf, et tous les lecteurs pourront naviguer plus facilement dans le texte !

Le sommaire

Ne commencez pas à faire le sommaire manuellement : Word peut s’en charger pour vous ! C’est pourquoi il est CAPITAL d’utiliser les titres/styles de la feuille de style.

Allez dans Références > Table des matières > Table automatique 1 ou 2.

C’est tout !

Vous pouvez modifier la police et/ou sa taille si vous le souhaitez.

III. Les remerciements

Ce sera sans doute la page la plus lue de toute votre thèse…! Certaines personnes seront sûrement curieuses d’y voir leur nom, d’autres s’arrêteront aux remerciements car il s’agit de la section la plus courte et la plus accessible d’une thèse… Il convient donc de les soigner, même si la qualité de votre thèse ne repose bien entendu pas sur cette partie.

Généralement, les remerciements ne doivent pas excéder une page. Il est de bon ton de remercier sa direction de thèse, ses collègues, la direction du laboratoire. Si vous avez obtenu une bourse de recherche, veillez aussi à remercier l’organisme dont cette bourse émanait.

Pour le reste, vous avez le champ libre ! N’hésitez pas à lire remerciements de thèses différentes afin de vous faire une idée de ce que vous pouvez faire.

Habituellement, on rédige les remerciements en dernier, une fois la thèse terminée. Mais cela peut être très motivant de le faire un peu avant la fin, pour se donner du courage !

III. La bibliographie

Le plan

Une bibliographie de thèse peut être très longue. D’où l’utilité de classer vos références.

La base de ce classement repose sur la division entre sources primaires (celles que vous analysez dans votre thèse) et sources secondaires (la critique). Mais cela ne suffira pas : il vous faut penser à des sous-catégories.

En littérature, cela pourrait donner :

1. Sources primaires

1.1 Corpus

1.2 Autres oeuvres des auteurs du corpus

1.3 Autres oeuvres littéraires citées

2. Sources secondaires

2.1 Sur auteur A

2.2 Sur auteur B

3. Etudes sur concept X

4. Etudes sur concept Y

5. Etudes littéraires

A l’intérieur de chaque partie, vous pouvez opter pour une double classification : d’un côté les ouvrages, de l’autre les articles. Ce n’est cependant pas obligatoire.

Gardez à l’esprit que le plan de votre bibliographie doit refléter l’orientation de votre thèse et ses principales thématiques. Discutez-en avec votre direction de thèse : une bibliographie peut dire beaucoup sur la thèse en elle-même. Encore une partie à ne pas sous-estimer…!

La mise en page

Toute bibliographie qui se respecte se doit d’être classée par ordre alphabétique… C’est le moment de réviser votre alphabet si vous n’avez pas utilisé Zotero.

Si, au contraire, vous avez utilisé Zotero, bonne nouvelle : cette partie sera grandement facilitée, et vous pourrez plier la bibliographie en une journée !

  1. Pour générer la bibliographie, faites un clic droit sur le dossier qui correspond à la sous-catégorie que vous souhaitez classer.
  2. Cliquez sur “Créer une bibliographie à partir de la collection…”
  3. Sélectionnez votre style de citation
  4. Sélectionnez “Bibliographie” et “Copier dans le presse papier”

 

5. Copiez-collez la collection dans votre fichier bibliographique : tout est classé automatiquement !

6. Répétez cette démarche pour chaque collection jusqu’à finalisation de la bibliographie.

Attention : Si vous sélectionnez un style issu de la culture américaine comme le Chicago Manual of Style, la ponctuation sera à l’américaine… Si vous voulez rendre votre bibliographie plus francophone, il vous faudra ajouter manuellement les espaces après les deux points, par exemple. Mais on pinaille !

IV. L’index

L’index est fortement recommandé. Il facilitera non seulement la lecture du jury, mais aussi celle de potentiels étudiants ou chercheurs qui liraient votre thèse à la recherche d’un concept précis. Il ne s’agit pas d’une tâche très chronophage (tout est moins chronophage que la rédaction…!), mais il vaut mieux connaître quelques astuces afin d’aller plus vite le moment venu.

Quel type d’index ?

Tout d’abord, sachez qu’il existe deux types d’index : l’index des auteurs, et l’index des concepts.

  • Dans l’index des auteurs, on relève tous les critiques cités dans la thèse.
  • Dans l’index des concepts, on relève tous les concepts importants évoqués dans la thèse (ainsi que les auteurs de sources primaires, les personnages et les titres d’oeuvres dans une thèse en littérature).

N’oubliez pas de demander assez tôt à votre direction de thèse quel type d’index elle préconise dans votre cas (peut-être vous demandera-t-on de faire les deux).

Créer l’index

Si vous choisissez de créer votre index de A à Z à la fin de votre thèse, sachez que cela ne vous prendra vraisemblablement pas plus d’une journée. Toutefois, vous vous rendrez certainement compte que le temps est extrêmement précieux en fin de thèse… Alors essayez de vous faciliter la tâche en y pensant assez tôt.

Au cours de la rédaction, notez tous les mots-clefs que vous souhaitez voir apparaître dans l’index, soit sur un carnet, soit directement dans le fichier qui vous servira à créer automatiquement votre index. Car non, vous n’aurez pas à le faire (totalement) manuellement ! Voici les étapes à suivre :

  1. Dans votre fichier Word, créez un tableau avec deux colonnes (et BEAUCOUP de lignes).
  2. Dans la colonne de gauche, écrivez le mot que vous souhaitez mettre en valeur.
  3. Dans la colonne de droite, écrivez l’entrée de l’index telle que vous souhaitez la voir apparaître dans l’index.

Cela pourrait donner la chose suivante :

 

Remplissez ensuite ce tableau de préférence au fur et à mesure de la rédaction. A la fin, relisez-le, et supprimez les entrées obsolètes.

Pour générer l’index :

  1. ouvrez le fichier de votre thèse
  2. allez dans Références > Insérer l’index > marquage automatique > sélectionnez le fichier qui contient votre tableau.

N’oubliez pas de choisir la mise en forme dans “Formats” (voir ci-dessous) :

Votre index est prêt !

V. Le résumé

Vous pensiez en avoir fini ? Malheureusement non, pas tout à fait ! Vous devez désormais rédiger deux résumés de votre thèse : l’un en français, l’autre en anglais.

La bonne nouvelle, c’est que ces résumés doivent être courts (environ 200 mots). Il faudra aussi trouver 5 mots-clefs (essayez de ne pas en mettre plus, car lors du téléchargement de votre thèse sur Dante, on vous demandera seulement 5 mots-clefs).

Ces résumés doivent être placés à la fin de la thèse. Lors de l’impression, vous pourrez choisir de les faire imprimer sur la 4ème de couverture ou bien sur la dernière page du manuscrit.

Ne sous-estimez pas l’importance de ces résumés : dans tous les cas, vous en aurez besoin lorsque vous téléverserez la version électronique de votre thèse sur Dante. Autant battre le fer tant qu’il est chaud…!

 

VI. L’impression

L’étape la plus excitante de la fin de thèse ! Vous allez bientôt pouvoir tenir votre thèse dans vos mains !

Voici les étapes à suivre :

  1. Faire le devis pour l’impression (la gestionnaire administrative du CAS vous l’enverra) : envoyer son fichier pdf au service imprimerie de l’UT2J (magalie.garros@univ-tlse2.fr) et leur préciser les points suivants :
    • nombre d’exemplaires (vous + les membres du jury) ;
    • couleur et/ou noir et blanc (habituellement, couleur pour les pages de couverture et noir et blanc pour le reste, sauf si vous avez des illustrations) ;
    • recto ou recto-verso (si votre thèse dépasse les 300 pages, optez pour le recto-verso. Pour vous faire une idée, une thèse d’environ 500 pages pèse dans les 1kg…)
    • nombre de pages.
  2. Le service vous fournira ensuite un devis à communiquer à la gestionnaire administrative du CAS. Cette dernière renverra le devis et le bon prineo au service imprimerie, ou vous transfèrera les pièces directement afin que vous le fassiez vous-même.
  3. Une fois le devis validé, comptez 2-3 jours avant l’impression du bon à tirer / de l’épreuve de votre thèse, autrement dit d’un premier exemplaire non relié. Vous devrez vous rendre à l’imprimerie et valider cet exemplaire.
  4. Environ 7-8 jours plus tard, vos exemplaires seront imprimés (on vous confirmera la date lors de la validation du bon à tirer). Vous devrez aller les récupérer à l’imprimerie. Petite astuce si vous venez en métro : prévoyez un sac à dos + 1 sac, voire un cabas ou une valise. Le poids du savoir !

 

 


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
doctoratcas (10 février 2023). 6 – L’édition. Carnet des Doctorants du C.A.S. Consulté le 14 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/nvi4


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search