5 – La rédaction

La rédaction peut faire très peur : on se lance dans un marathon, et les 400 pages nous paraissent parfois inatteignables…! C’est un horizon très lointain. En procédant par étapes et en suivant les conseils ci-dessous, vous passerez ce cap haut la main !

I. Rythme de travail et temporalité de la rédaction

Nous avons déjà touché ce sujet du doigt dans cet article, mais nous allons revenir sur la notion de temporalité, cette fois-ci en rapport avec la phase de rédaction.

Faire preuve de régularité

Tout d’abord, sachez que le travail de thèse est un exercice très personnel : nous avons tous nos points forts et nos points faibles, nos préférences et nos bêtes noires. La rédaction ne sera pas automatiquement un moment de souffrance pour vous, alors que ça le sera pour d’autres. Si vous aimez écrire, vous partez sans doute avec un avantage !

Concernant le rythme de travail, il sera plus important que jamais de faire preuve de régularité. Il y aura sans doute des moments où vous n’aurez pas le temps de rédiger (un article à rendre, des montagnes de copies à corriger, un cours à préparer de A à Z, des problèmes personnels, de la fatigue etc…), et c’est normal. Toutefois, dans la mesure du possible, essayez de rédiger un peu tous les jours. Il est plus facile de rédiger lorsqu’on est dans le bain qu’après une pause de plusieurs semaines, où il faut relancer la machine : relire ce qu’on a écrit précédemment, tâtonner etc… Cela vous fera forcément perdre du temps. Rédiger de manière régulière est bien plus confortable.

Se fixer des objectifs

Vous serez sans doute tentés de vous fixer des objectifs : si cela peut vous motiver, go ahead! Mais ne soyez pas trop durs avec vous-mêmes si ces objectifs ne sont pas atteints.  Par exemple, vous pouvez vous fixer un nombre de pages quotidien à rédiger, mais il se peut que vous finissiez votre développement avant que ce chiffre soit atteint. Serait-ce vraiment un échec ? Essayez plutôt de réfléchir en termes de points à développer. Si vous avez fini de développer votre argument, alors c’est déjà gagné ! Cela sera ensuite plus facile de reprendre la rédaction le lendemain, car vous commencerez à traiter un autre point.

Si vous préférez malgré tout réfléchir en termes de pages à rédiger, fixez-vous des objectifs réalistes. Cela dépendra de vos capacités rédactionnelles, mais de manière générale, écrire 10 pages par jour semble difficilement tenable. Gardez aussi à l’esprit que si vous rédigez tous les jours, vous n’aurez pas foncièrement besoin de rédiger énormément ! C’est l’un des avantages de la régularité.

Faire des pauses !

N’oubliez pas de vous octroyer des pauses ! Ce sera sans doute plus dur à la fin (le fameux “rush de fin de thèse”), mais de manière générale essayez de ne pas travailler le weekend, sauf date limite imminente. Il est capital de faire des pauses dans la semaine : cela permet de souffler et de recharger les batteries. Vous serez bien plus efficaces le lundi si vous laissez la rédaction de côté le samedi et le dimanche. Et si vous ne pouvez pas vous permettre de tout arrêter le weekend, alors choisissez un jour dans la semaine qui fera office de jour off. Ne sous-estimez pas les bienfaits de ces pauses : elles sont vraiment indispensables. Alors on arrête de culpabiliser et on va s’aérer ou on regarde sa série préférée tranquillement le dimanche !

Commencez à rédiger assez tôt

Enfin, concernant le temps total de rédaction, il est bien évidemment très variable. Il est tout à fait possible de tout rédiger en un an ou moins, mais cela pourra vous prendre 2 ans, voire plus.

Pensez à rédiger des bouts de développement pendant vos recherches : une analyse stylistique d’un passage en particulier, ou bien d’une traduction, le développement d’un argument auquel vous tenez particulièrement… Cela vous fera gagner un temps précieux lors de la rédaction, même s’il vous faudra sans doute opérer quelques changements. C’est ce que conseille Barbara FRANCHI, qui a soutenu sa thèse il y a quelques mois :

Pour la rédaction, je conseillerais d’essayer de rédiger au plus tôt. C’est un travail qui peut sembler fastidieux car on conserve rarement tout d’un premier jet mais qui est très utile pour à la fois mettre en forme les idées, penser la place que l’on souhaite donner à tel ou tel aspect dans l’économie générale de la thèse, et s’entraîner. Se rassurer en gardant à l’esprit que les premiers chapitres sont généralement les plus difficiles à écrire. Ensuite, la rédaction devient presque une habitude et des réflexes se mettent en place. La rédaction sans pression tout au long des premiers mois/années de thèse permet aussi à ceux pour qui les idées viennent en rédigeant de formaliser un plan petit à petit.

Comme le dit Barbara, ces morceaux rédigés vous permettront de mettre le pied à l’étrier ; ce n’est bien sûr pas obligatoire, mais c’est une technique efficace !

Trouvez VOTRE méthode

Il est important de trouver votre propre rythme et votre propre méthode de travail : nous n’avons pas tous les mêmes préférences. Certains préfèrent travailler chez eux, et ne sont pas efficaces lorsqu’ils sont en bibliothèque ou dans un café. D’autres auront au contraire besoin de cette émulation pour rédiger efficacement.

Si le travail de groupe vous intéresse, vous pouvez bien évidemment venir travailler au bureau des doctorants de la Maison de la Recherche, ou encore former un groupe de travail. C’est ce que conseille Ana CALVETE : Contre les baisses de concentration, changez d’environnement et/ou ayez un petit groupe de 2-3 collègues avec qui vous organisez des sessions hebdomadaires d’écriture de 1-2h, sur zoom ou sur place”.

Dans la même veine, vous pouvez participer à des ateliers/séjours d’écriture, comme ceux proposés par l’association ParenThèse Occitanie, ou bien en organiser de votre côté avec des amis. Parfois, rédiger avec d’autres personnes peut permettre de gagner en efficacité, car on se sent porté par la dynamique générale.

De même, travailler dans un tiers-lieu (bibliothèque, bureau, café) peut permettre de mieux séparer le temps de travail et le temps personnel : des espaces spécialement conçus pour le travail comme l’Eurêkafé peuvent être un bon choix. A vous de trouver votre équilibre !

 

II. Les parties de la thèse

A) L’introduction

Comme souvent, il y a deux écoles pour l’introduction : ceux qui la rédigent en premier, et ceux qui la rédigent en dernier. Chaque méthode a ses avantages (et ses inconvénients) :

  • commencer la rédaction par l’introduction peut vous permettre d’affiner la conceptualisation de votre sujet. Dans ce cas-là, ce travail s’apparente à une sorte de brainstorming, et il faudra bien évidemment retravailler votre introduction en fin de rédaction car beaucoup de choses sont susceptibles de changer d’ici là (certains aspects de l’introduction auront pu être développés ailleurs ou, au contraire, disparaître de la thèse).
  • finir la rédaction par l’introduction garantit une introduction solide (comme vous aurez “fait le tour” du sujet), d’autant plus que, de manière générale, l’écriture s’affine avec le temps. Par contre, après avoir rédigé tout le corps de la thèse, vous observerez peut-être une baisse de régime car on a forcément l’impression d’avoir “terminé” lorsqu’on écrit les derniers mots de sa dernière partie. Si vous finissez par l’introduction, il faudra être capable de rebondir !

En ce qui concerne la longueur, rien n’est fixé.  Dix pages seront insuffisantes, soixante pages seront superflues. Une longueur raisonnable : de vingt à trente pages. Mais au-delà de la longueur, il faut veiller à :

  1. Capter l’attention de votre lecteur dès les premières lignes avec une accroche qui rentre tout de suite dans le vif du sujet
  2. De manière générale : rentrer rapidement dans le vif du sujet
  3. Mettre votre sujet en contexte (historiographie, histoire de la littérature etc…), et le définir
  4. Problématiser
  5. Présenter votre corpus et le justifier
  6. Annoncer le plan

D’autres critères peuvent exister selon votre discipline, parlez-en avec votre direction de thèse.

B) Le corps

Sachez que, pour la plupart des doctorants, la première partie est la plus difficile à écrire. Pour certains, il est compliqué de rédiger en français après avoir rédigé un mémoire en anglais. Pour d’autres, trouver son rythme est épuisant. La première partie peut donc être un mauvais moment à passer, mais vous apprendrez énormément durant ce laps de temps.

Comme dans une dissertation, vous devrez faire attention à la fluidité de votre texte :

  • démarrez chaque chapitre par une introduction, et terminez-le par une conclusion qui doit aussi faire office de transition
  • gardez à l’esprit que votre thèse est une démonstration : vous l’oublierez peut-être en cours de route, mais vous êtes en train d’apporter des arguments. Une démonstration doit être logique et cohérente : attention, donc, aux mots de liaison.
  • relisez-vous souvent afin de corriger les coquilles et, surtout, de vérifier la cohérence et la pertinence de vos propos

En termes de longueur, si vous avez trois parties, comptez une centaine de pages par partie. Essayez, autant que faire se peut, d’avoir des parties équilibrées.

C) La conclusion

Bonne nouvelle : la conclusion n’a pas à être aussi longue que l’introduction ! Une dizaine de pages (voire moins) peut suffire.

Attention, vous ne devez pas répéter ce que vous dites dans votre thèse, mais prendre un peu de hauteur. La conclusion n’est pas un simple résumé de la thèse. Vous pouvez par exemple explorer des pistes que vous n’avez pas pu développer dans le corps.

Il ne faut surtout pas négliger cette partie, qui est aussi importante que les autres : il s’agira après tout de la dernière impression que vous laisserez à votre lecteur… Il faut finir en beauté !

 

Vous trouverez quelques informations intéressante dans ce guide de la rédaction rédigé par Bruno GARNIER, Professeur en sciences de l’éducation (prenez ses conseils avec des pincettes, car tous ne sont pas applicables à nos disciplines).

Vous trouverez également quelques conseils dans cette intervention (1h35) de Geneviève BELLEVILLE (professeur de psychologie, Université de Laval) à l’Université de Strasbourg.

 

III. Enjeux formels

Nous vous conseillons d’utiliser les paramètres du manuscrit final dès le début de la thèse, autrement dit :

  • les marges : haut = 3,5 cm ; Bas = 2,5cm ; Intérieur = 3,5 cm ; Extérieur = 3 cm
  • un interligne 1,5

Pour la police, beaucoup de doctorants utilisent Garamond en taille 13, mais rien n’est gravé dans le marbre.

Rédigez de préférence toutes vos parties sur un seul fichier. Vous pourrez copier-coller la partie à corriger sur un fichier à part au moment de l’envoyer à votre direction de thèse, mais tout avoir sur un seul document sera beaucoup plus pratique lorsque vous devrez mettre en forme le manuscrit.

Pour vous faciliter la tâche, vous pouvez utiliser cette feuille de style, fournie par l’université. Plus d’informations sont disponibles sur le site de l’Université.

Quant à la langue, elle se polira avec le temps. Faites la chasse aux fautes de grammaire et d’orthographe ainsi qu’aux anglicismes, et faites-vous relire régulièrement. Vous pouvez utiliser des logiciels de correction comme Antidote pour vous aider.

 

IV. Conseils en vrac

  • Si vous devez supprimer certaines parties, ne les effacez surtout pas ! Copiez-collez-les dans un fichier à part (intitulé “coupes”, par exemple). Cela pourra toujours vous servir pour une communication ou un article.
  • Faites relire votre thèse à d’autres personnes : des collègues, mais aussi des gens qui ne connaissent rien au travail universitaire. Ces personnes auront un regard neutre sur votre sujet, et seront à même de déceler les incohérences et les coquilles.
  • En parlant de coquilles… Il en restera toujours. Faites dès à présent le deuil d’un manuscrit parfait. Ce n’est pas une raison pour ne pas relire votre texte, mais ne vous en voulez pas trop si un pluriel intempestif s’invite alors que le mot est censé être au singulier…

 

La rédaction peut être une phase éprouvante car longue ; il faut garder le rythme, ce qui n’est pas toujours facile. Pensez à l’après, au soulagement que vous ressentirez une fois la rédaction terminée, aux choses que vous pourrez faire. Cela vous permettra de rester motivé ! Et surtout, n’hésitez pas à partager vos doutes avec vos collègues doctorants (notamment à l’occasion de Thesis in Progress) et/ou avec votre direction de thèse.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
doctoratcas (3 février 2023). 5 – La rédaction. Carnet des Doctorants du C.A.S. Consulté le 14 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/nvi0


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search