Entretien JDP 2022 – Sébastien PORTE (édition)

Cet entretien s’inscrit dans la continuité de la cinquième édition de la Journée de Professionnalisation du CAS organisée par Emeline JOUVE, Nathalie DESSENS et Laurent MELLET. Nous les remercions chaleureusement tous les trois pour leur confiance. Un grand merci aux intervenants de la journée qui ont gentiment accepté de répondre à nos questions ! 

Sébastien PORTE est directeur-adjoint de Sorbonne Université Presses. Après un DEA de Lettres modernes mené à la Sorbonne, il choisit de s’orienter vers l’édition. En guise de préambule à son intervention, Sébastien PORTE a expliqué à l’assemblée la différence entre l’édition privée et l’édition publique : les éditions universitaires sont plutôt récentes puisqu’elles datent des années 1970-1980. Jusque là, la publication d’ouvrages scientifiques relevait d’éditeurs privés, et notamment des Presses Universitaires de France (les PUF, créées en 1921). Sébastien PORTE est ensuite revenu sur son parcours et son entrée dans le monde de l’édition. Dans l’entretien ci-dessous, il nous révèle les conditions d’accès à ce métier qui le passionne et nous livre sa vision du domaine de l’édition.

 

Autant que la méthodologie de la recherche universitaire acquise et sanctionnée par le diplôme, c’est surtout les fondamentaux, les savoir-faire et les savoir-être q’un·e doctorant·e doit mettre en avant pour s’orienter vers un métier de l’édition : la méthode et la capacité à apprendre.

 

Avez-vous toujours voulu exercer votre métier actuel ? Comment cette décision s’est-elle imposée à vous ?

Si ma passion pour l’objet qu’est le livre, et le plaisir qu’il procure – dès l’enfance –, m’ont toujours habité, m’amenant dès l’obtention d’un bac scientifique à bifurquer vers une classe préparatoire littéraire, j’ai appréhendé l’élaboration d’un discours scientifique et la rigueur à la fois de l’écriture et du respect de normes ortho-typographiques depuis la rédaction de mon mémoire de Maîtrise, en Lettres modernes, jusqu’à la conception et la fabrication d’un ouvrage, à l’occasion de mon mémoire de DEA, qui consistait en l’établissement de l’édition critique d’un roman, La Double Maîtresse d’Henri de Régnier, travail qui nécessitait la confrontation des différents manuscrits, qui demandait l’examen critique du texte afin de concevoir des notes, des annexes et une préface.

Ces deux travaux ont été effectués sous la direction – voire même la férule – du professeur André GUYAUX, formé à la philologie belge, et donc à une exigence rigoureuse à laquelle j’espère ne jamais avoir dérogé.

Tout naturellement, lorsque mon directeur de recherches, alors de thèse, m’a proposé de rejoindre le Centre de recherches en littérature française des xixe et xxe siècles qu’il dirigeait en Sorbonne, je n’ai pas hésité, mobilisant mes savoirs acquis et les développant à son contact, en commençant par le suivi des ouvrages que ce centre publiait aux Presses de l’université Paris-Sorbonne (PUPS) et également pour d’autres éditeurs, publics ou privés. C’est dans les cinq années de cette riche expérience que la décision de préférer l’édition scientifique à la recherche pure, cristallisant ainsi mon parcours universitaire et mes passions personnelles, s’est dessinée jusqu’à l’heureuse occasion d’un poste vacant aux PUPS auquel j’ai postulé immédiatement.

 

Considérez-vous votre parcours académique comme une force pour votre métier actuel ?

La manière de présenter mon parcours prouve à quel point la familiarité avec le milieu universitaire, ses méthodes et ses principes, les rencontres qu’il m’a permis et les connaissances qu’il m’a fait acquérir m’ont été favorables. Et ce, depuis les classes préparatoires, hypokhâgne et khâgne.

En effet, si le parcours universitaire classique proposé en France tend à une certaine spécialisation technique et scientifique, le travail dans une maison d’édition universitaire de sciences humaines et sociales m’a permis de redéployer des connaissances anciennement acquises, de les mobiliser selon une méthode propre à cette formation, les liant les unes aux autres dans un tout, contrairement aux savoirs en archipel que proposent d’autres parcours post-bac. C’est une capacité d’apprendre à apprendre, comme au temps, finalement, de l’humanisme.

Cette méthode et cette manière d’être face au savoir me permettent chaque jour de m’enrichir des textes édités et de les interroger, tant sur leur fond que sur leur forme, dans un dialogue toujours fructueux avec leurs auteurs et autrices. Quel est le public visé ? Comment rédiger le propos et le présenter ? Quel objet de diffusion choisir ? Comment construire l’ouvrage, tant selon son plan que sa matérialité ? etc.

 

Quel(s) conseil(s) donneriez-vous à un doctorant en études anglophones qui souhaiterait s’orienter vers un métier dans le domaine de l’édition ?

Autant que la méthodologie de la recherche universitaire acquise et sanctionnée par le diplôme, c’est surtout les fondamentaux, les savoir-faire et les savoir-être q’un·e doctorant·e doit mettre en avant pour s’orienter vers un métier de l’édition : la méthode et la capacité à apprendre. À la technicité de la recherche répond la technicité de la chaîne éditoriale et de son écosystème, toujours en mouvement et actuellement en forte mutation, du fait de l’importance croissante que prend l’édition numérique. À cela s’ajoutent les changements dans le paysage éditorial français (et au-delà) : les sciences humaines, primordiales dans les années 1970 et 1980, refluent au profit de l’édition jeunesse, des livres pratiques et des livres illustrés (bande dessinée, manga, roman graphique, etc.). Cette technicité ne peut malheureusement être acquise que par des formations parallèles ou complémentaires, c’est-à-dire des masters professionnalisants, qui sont désormais le second socle primordial pour être opérationnel dans le secteur de l’édition.



Citer ce billet
doctoratcas (2022, 5 avril). Entretien JDP 2022 – Sébastien PORTE (édition). Carnet des Doctorants du C.A.S. Consulté le 24 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/nvh8

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search