JDP 2022 – Myriam BITRAN et Rony POT (Scuio-IP)

 

 

Cet entretien s’inscrit dans la continuité de la cinquième édition de la Journée de Professionnalisation du CAS organisée par Emeline JOUVE, Nathalie DESSENS et Laurent MELLET. Nous les remercions chaleureusement tous les trois pour leur confiance. Un grand merci aux intervenants de la journée qui ont gentiment accepté de répondre à nos questions ! 

Cet article a été rédigé par Pauline MARTOS.


La première intervention de la journée était celle de Myriam BITRAN et de Rony POT, qui officient tous deux comme chargés d’orientation et d’insertion professionnelle au Service Commun Universitaire d’Information, d’Orientation et d’Insertion Professionnelle, qu’on retrouve fréquemment abrégé sous la forme de Scuio-IP.

Toutes les universités disposent de ce service. A l’UT2J, vous trouverez leurs bureaux au niveau de l’ancien restaurant universitaire. Vous pouvez vous y rendre sans rendez-vous du lundi au jeudi de 9h30 à 16h30 pour faire le point sur votre situation ou solliciter des informations. Il est possible de rencontrer, sur rendez-vous cependant, un psychologue de l’Education Nationale qui œuvre dans le domaine du conseil en orientation. Le Scuio-IP organise également des ateliers thématiques et des réunions sur des sujet spécifiques, relatives aux problématiques d’orientation et d’insertion sur le marché du travail. Le mercredi après-midi est réservé à une permanence pour guider les bénéficiaires dans la création de leur C.V. ou dans leur recherche de stage.

Après cette introduction visant à clarifier les modalités d’action du Scuio-IP, Myriam BITRAN et Rony POT ont livré une présentation sur les différents secteurs d’emploi vers lesquels il était possible de se diriger après une licence ou après un master LLCER. Une distinction a été opérée entre deux types d’orientation. La première catégorie concerne ce que Myriam BITRAN et Rony POT appellent les « secteurs proches », c’est-à-dire les domaines qui ne nécessitent pas de formation complémentaire au terme du diplôme LLCER pour qu’on puisse envisager de les intégrer. La deuxième catégorie rassemble les « secteurs envisageables », autrement dit les industries qui exigeront sans doute une remise à niveau après un diplôme de la filière LLCER pour qu’il soit possible d’y faire carrière.

Au nombre des « secteurs proches », on compte les métiers de la traduction et de l’interprétariat, de la culture, du tourisme, et de la recherche. Les carrières dans la traduction et dans l’interprétariat se déclinent en un large éventail de métiers. Il faut garder à l’esprit que beaucoup de travailleurs dans cette industrie travaillent à leur compte mais il existe également quelques postes dans la fonction publique, par exemple dans les tribunaux.

[N.B. : nous tenons néanmoins à vous signaler qu’une formation spécifique (au D-TIM, par exemple) serait tout à fait pertinente si vous souhaitez vous diriger vers la traduction ou l’interprétariat. Bien que la traduction (thème/version) fasse partie des matières enseignées tout au long du parcours des anglicistes, ces métiers nécessitent des compétences très précises, et un master en études anglophones pourrait ne pas vous suffire pour devenir interprète]

Pour ce qui est de la recherche, on peut prétendre à des postes dans ce champ sans doctorat. C’est le cas des ingénieurs de recherche qui sont recrutés au niveau master 2. La culture est un champ très vaste dans lequel les compétences linguistiques peuvent être valorisées, tout comme dans le tourisme.

Dans les « secteurs envisageables », on retrouve les carrières dans le commerce et celles dans la coopération et la solidarité internationales. Comme précisé plus tôt, il faudra faire de nouvelles formations pour accéder à ces métiers, qui concernent des secteurs très compétitifs. Il peut être utile de garder une deuxième langue dans son parcours étudiant pour prétendre à ces postes.

Myriam BITRAN et Rony POT ont conclu leur intervention en partageant des ressources en ligne d’une grande importance pour tout étudiant qui chercherait à préciser son projet d’orientation. Le premier est IJbox qui permet de construire son projet professionnel en mettant en relation ses études avec des métiers envisageables. La plateforme Parcoureo  propose des fiches métiers qui permettent de mieux appréhender la réalité de certains environnements professionnels.

Pour être compétitif sur le marché de la traduction, de la culture, du tourisme, etc. quelles compétences faut-il veiller à nourrir tout au long de son parcours académique ?

Myriam BITRAN et Rony POT, en premier lieu, encouragent les étudiants à multiplier les expériences dans tous les domaines possibles pendant leur passage à l’université : il peut être utile de faire des stages, des échanges étudiants, de rencontrer des professionnels.

Leur deuxième conseil est de se poser la question de la valorisation de ces expériences une fois qu’on les a accomplies. Il faut, selon eux, raisonner en termes de compétences acquises et de savoir-faire et de savoir-être développés pour être en mesure de s’exprimer dans le cadre d’un entretien de recrutement. Cela est d’autant plus vrai dans une contexte où la filière LLCER spécifiquement et les parcours LSHS en général sont mal connus des recruteurs.

Le mot de la fin de Myriam BITRAN et de Rony POT est le suivant : ne vous dévalorisez pas. Ils expliquent recevoir en entretien des étudiants qui jugent ne rien savoir faire, et ne pas avoir d’expérience, ce qui est évidemment faux. Leur parcours scolaire et professionnel leur a permis d’acquérir et d’entretenir de nombreuses compétences dont ils doivent avoir conscience et qu’ils ne doivent pas minimiser. Ils reconnaissent que cela demande un travail sur soi, et qu’il faut parfois se laisser le temps de reconnaître puis d’apprécier ses talents et ses savoirs à leur juste valeur.

 

Les masters de l’UT2J préparent-t-ils à des concours spécifiques dans la fonction publique ? Si oui lesquels ? Comment les préparer au mieux de son côté ?

Myriam BITRAN et Rony POT recommandent de consulter les plaquettes propres à chaque master pour en avoir le coeur net. Il faut aller chercher l’information là où elle se trouve. Les masters donnent un excellent cadre méthodologique et théorique pour préparer les concours, mais la préparation ne sera peut-être pas spécifique au terme du diplôme.

A partir de la licence, il est possible de prétendre à des concours de catégorie A mais il peut être utile, parfois, de se concentrer sur des concours de catégorie B voire C, et de planifier une évolution en interne sur le moyen terme. Il n’est cependant pas nécessaire de réussir un concours puis d’être titularisé pour travailler dans la fonction publique. On peut également être recruté comme contractuel. Il existe d’ailleurs au Scuio-IP un grand nombre de ressources liées aux métiers de la fonction publique.

Emeline JOUVE et Nathalie DESSENS ont insisté au cours de l’entretien sur la solidité des compétences que notre cursus nous permet d’acquérir. Emeline JOUVE place l’emphase sur l’autonomie qui est le maître mot dans les voies universitaires, notamment pour ce qui est de l’exercice de la recherche. Pour sa part, Nathalie DESSENS met en avant le fait que des études en LLCER permettent d’être opérationnel dans le secteur de la communication interculturelle, de très bien connaître la culture que l’on étudie et de savoir interagir avec.

Vous pouvez télécharger le diaporama de l’intervention de Myriam BITRAN et Rony POT ici, au format pdf.



Citer ce billet
doctoratcas (2022, 5 avril). JDP 2022 – Myriam BITRAN et Rony POT (Scuio-IP). Carnet des Doctorants du C.A.S. Consulté le 23 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/nvh5

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search