JDP 2022 – Vincent LATOUR

Ce compte-rendu s’inscrit dans la continuité de la cinquième édition de la Journée de Professionnalisation du CAS organisée par Emeline JOUVE, Nathalie DESSENS et Laurent MELLET. Nous les remercions chaleureusement tous les trois pour leur confiance. Un grand merci aux intervenants de la journée qui ont gentiment accepté de répondre à nos questions ! 


Vincent LATOUR, professeur des universités à l’Université Toulouse II Jean Jaurès en civilisation britannique depuis 2014, a présenté le métier d’enseignant-chercheur en sa qualité de professeur, de co-directeur du CAS et de membre du CNU.

 

I. Le cadre juridique et règlementaire

Vincent LATOUR a d’abord présenté le cadre juridique et règlementaire de la profession d’enseignant-chercheur (loi LRU dite “Loi Précresse” de 2007 et la réforme de 2009), et a insisté sur son statut de fonctionnaire d’Etat : “Les enseignants-chercheurs ont une double mission d’enseignement et de recherche. Ils concourent à l’accomplissement des missions du service public de l’enseignement supérieur prévues par l’article L. 123-3 du code de l’éducation ainsi qu’à l’accomplissement des missions de la recherche publique mentionnées à l’article L. 112-1 du code de la recherche.” (article 2).

L’article 3 du décret n°2009-460 précise les missions de l’enseignant-chercheur :

Les enseignants-chercheurs participent à l’élaboration, par leur recherche, et assurent la transmission, par leur enseignement, des connaissances au titre de la formation initiale et continue incluant, le cas échéant, l’utilisation des technologies de l’information et de la communication. Ils assurent la direction, le conseil, le tutorat et l’orientation des étudiants et contribuent à leur insertion professionnelle. Ils organisent leurs enseignements au sein d’équipes pédagogiques dans tous les cursus universitaires et en liaison avec les milieux professionnels. Ils établissent à cet effet une coopération avec les entreprises publiques ou privées.

 

II. Les conditions d’accès au métier d’enseignant-chercheur

Vincent LATOUR a ensuite parlé des conditions d’accès au corps des enseignants-chercheurs : le principal prérequis est l’obtention d’un doctorat, mais être titulaire d’un concours de l’enseignement (agrégation ou CAPES) est également recommandé. La qualification par le CNU (en section 11 pour les études anglophones) est ensuite le premier filtre pour devenir enseignant-chercheur (N.B.: la qualification par le CNU des PR a été supprimée en 2021).

7756 candidats étaient inscrits à la qualification en 2017 (dont la majorité pour des postes de MCF) : 38,2% ont été recrutés la même année que la qualification.

Aujourd’hui, les dossiers ont évolué vers le haut.

Parmi les pièces examinées par le CNU, on trouve les travaux de recherche. Il y a 20 ans, les candidats avaient très peu de publications à leur actif, contrairement aux profils que l’on peut retrouver aujourd’hui : les dossiers ont évolué vers le haut.

Les concours de recrutement ont lieu deux fois par an (la campagne principale a lieu fin février-début mars). Les campagnes sont effectuées bénévolement par les enseignants-chercheurs. On retient un certain nombre de candidatures puis les auditions ont lieu (en français ET en anglais, pour s’assurer du niveau en anglais des candidats). Les lauréats sont affectés selon leur classement et leurs vœux.

N.B.: le recrutement des MCF est un concours en ce qu’il classe les candidats, mais il ne s’agit bien évidemment pas d’un concours avec des épreuves écrite et orales comme l’agrégation ou le CAPES. 

Les maîtres de conférence gardent le statut de stagiaire la première année. A l’issue de la première année, les directeurs de labo et de département déterminent s’ils doivent être titularisés ou non.

En moyenne, les MCF entrent dans la profession à 34 ans et 4 mois (2017) et avant leur recrutement ils sont soit en post-doc (surtout dans les sciences exactes), soit ATER (12% alors qu’ils étaient 41% en 2002) ou enseignant non permanent (chargé de cours), lecteur, maître de langue, enseignant primaire ou secondaire.

En 2017, la durée moyenne entre la soutenance et le recrutement était de plus de 2 ans pour environ 50% des MCF (contre 28% en 2002). Les PR sont recrutés vers 44 ans et 3 mois. On peut devenir enseignant-chercheur si on est étranger : parmi la part d’enseignants-chercheurs étrangers, on retrouve 45% d’européens et 55% d’extra-européens.

 

III. Les missions et le temps de travail

Vincent LATOUR rappelle qu’en théorie, le service d’un enseignant-chercheur se compose à moitié de l’enseignement (192h de TD), et à moitié de la recherche. 

Plusieurs problèmes apparaissent néanmoins :

  • beaucoup d’enseignants-chercheurs font plus que 192h d’enseignement car il y a un véritable sous encadrement. Ce ne sont pas des heures supplémentaires mais des heures complémentaires (nuance qui a son importance en termes de rémunération)
  • les activités ne sont pas étanches. Les enseignants-chercheurs doivent être des chercheurs actifs pour proposer des cours innovants. Il y a de la transmission dans la recherche aussi.
  • les tâches administratives, notamment, ne figurent pas parmi les missions de l’enseignant-chercheur, pourtant ces missions sont bien plus nombreuses que seulement enseignement et recherche. Parmi ces missions, l’on retrouve pêle-mêle :
    • responsabilités d’UE, d’année ou de diplôme ;
    • responsabilités en matière de relations internationales (conventions bilatérales, assistanat, lectorat…) ;
    • le SED ;
    • les nouvelles maquettes d’enseignements ;
    • les mandats d’élus au niveau du département ou de l’UFR, de l’école doctorale, du Conseil d’Administration, de la Commission Recherche, du CNU, de l’HCERES, des jurys de concours, des thèses et HDR, des comités de direction, des comités éditoriaux…

Il s’agit d’un travail bénévole pour l’essentiel ou avec une décharge symbolique.

Globalement, le métier d’enseignant-chercheur peut évoluer vers de la conduite d’équipe, de projets, des fonctions de coordination, des responsabilités de formation… C’est d’autant plus vrai plus pour les professeurs.

C’est un métier de service public qui demeure passionnant et dont le cœur battant est la transmission vers les étudiants qui sont aussi de jeunes citoyens.

Pour conclure, le métier d’enseignant-chercheur est complexe et mal compris. Le temps de recherche s’amenuise au profit des tâches administratives. Les MCF stagiaires ont une décharge de 40h pour les formations.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.